Facebook Instagram Youtube
Chaque jour la vie à pleines dents

Croc La Vie et vous

Le blog de Croc La Vie

Retour Le mot de la diet' : A propos de la collation du matin

Le mot de la diet' : A propos de la collation du matin

Les conseils alimentaires du médecin sont souvent de limiter le grignotage. Cependant, un enfant arrivé en crèche à 7H30 peut ressentir la faim bien avant l’heure du déjeuner. Alors que faire ?

Les rythmes de travail ont beaucoup évolué ces dernières décennies, les horaires des crèches se sont adaptés pour répondre aux besoins des parents travaillant en horaires décalés ou pour faire face à des journées allongées par le temps de transport.
Ce temps de garde en crèche, allongé ou décalé, n’est pas sans influence sur le rythme des tout-petits, en particulier sur les temps de sommeil et de repas.

Par ailleurs, les crèches sont des lieux d’accueil collectif et doivent organiser les activités par groupe. Alors comment répondre aux besoins alimentaires d’un enfant confié à la crèche à 7h00 et d'un autre à 10h00 quand l’heure du déjeuner est programmée à 11H30 ?


Que nous dit la biologie ?

Sur le plan physiologique, les rythmes de repas sont calés sur l’alternance veille-sommeil, elle-même dépendante de l’alternance jour-nuit. Nous le savons, le nouveau-né ignore la différence entre le jour et la nuit puis acquiert progressivement un rythme de 4 repas par jour vers 4 ou 6 mois. 

Une fois ce rythme établi, il est important de conserver une certaine stabilité dans les heures de repas. Cela permet à l'enfant d’adapter la quantité d’aliments consommés pour « tenir » jusqu’au repas suivant. Cet équilibre est basé sur les sensations alimentaires de faim et de satiété auxquelles l’enfant est très sensible et sa bonne régulation se traduit par une courbe de poids normale.


Quand donner une collation ?

Classiquement, on peut observer qu’un enfant a faim toutes les 4 heures (Déjeuner vers 11h30 - goûter vers 15h30 puis dîner vers 19h00).

Si l’enfant est levé tôt et n’a pas pris le temps d’un bon biberon au petit déjeuner, il va ressentir la faim bien avant l’heure souhaitée. Il sera alors nécessaire de prévoir une collation. Celle-ci doit être légère pour que l’enfant puisse de nouveau avoir faim au moment du déjeuner et profiter pleinement de ce repas riche en aliments essentiels (légumes, viande, poisson...). Cette collation devra aussi être donnée  le plus tôt possible, au moins 2 heures avant l’heure du déjeuner.


Que donner lors de la collation ?

Cela dépend des menus proposés mais il est important de conserver un bon apport de lait infantile ou maternel. Un petit biberon de lait (le 1/3 du volume habituel) peut être un bon repère.

Si l’enfant a plus de 1 an et prend déjà 2 biberons de lait infantile (entre 250 et 500 ml par jour) ou s'il est allaité, on peut opter pour un fruit ou une compote qui favorisent l’apprentissage de nouvelles saveurs. Le fruit apporte de l’eau et des glucides, il permet de redonner de l’énergie et d’hydrater l’enfant. Concernant les biscuits riches en glucides complexes et simples, il vaut mieux les donner au goûter, à l'heure où l'enfant a besoin de recharger les batteries.


En conclusion

La collation du matin ne doit pas être systématiquement donnée à tous au risque d’entrainer un déséquilibre nutritionnel au déjeuner et de provoquer du gaspillage.
Elle doit être proposée de façon ciblée aux enfants déposés très tôt ou n’ayant pas pris de petit-déjeuner correct. C’est donc grâce aux transmissions effectuées par les parents que les professionnels de la petite enfance pourront optimiser leur accompagnement.


Elisabeth Brissieux
Diététicienne indépendante
Haut
de
page